Lettre ouverte à Monsieur Eddie Puyjalon

 

Monsieur Puyjalon,

Le Front National ne vous a pas attendu pour défendre la chasse .

Le 22 décembre 2017, vous écriviez dans un communiqué largement diffusé que « Le vote décisif du Front National a fait échoué l’adoption » de la motion sur la chasse aux oies cendrées présentée par le groupe LR-CPNT au Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine.

En prétendant lever un lièvre, vous faites finalement buisson creux !

Faut-il que vous ayez à ce point du plomb dans l’aile pour vous sentir obligé de répandre à cor et à cri une présentation aussi abusive et mensongère? Et dans quel but? Prendre les chasseurs pour des pigeons? Et les tromper sur les réelles convictions du Front National en faveur de la chasse?
Votre groupe Les Républicains- CPNT ne vote jamais les motions du Front National en faveur des traditions rurales et de la défense de la ruralité.

A l’occasion de cette séance plénière il a été sollicité afin de voter notre motion contre l’installation d’éoliennes, véritables hachoirs à oiseaux , dans le Blayais.

Malheureusement, seuls trois membres de votre groupe se sont rangés à notre motion de bon sens. De notre coté plusieurs élus ont voté pour votre motion sur la chasse des oies cendrées.

Au lieu de vous réjouir de cette avancée et de cette main tendue, vous avez préféré instrumentaliser ces votes en faisant preuve d’une mauvaise foi évidente.

En effet vous faites retomber la responsabilité de l’échec de votre motion sur le Front National alors que si l’intégralité de notre groupe l’avait voté , elle ne pouvait pas passer car non votée par la majorité socialo-écologiste ainsi qu’un certain nombre d’élus centristes. Là est la réalité !

D’autre part, votre motion comportait des imperfections qui à elles seules auraient pu suffirent à justifier notre non-participation au vote :
– la première c’est que vous avez fait le choix de ne parler que de l’oie cendrée alors, qu’en France, on pratique la chasse de trois espèces : l’oie cendrée, l’oie rieuse et l’oie des moissons. Il aurait été plus judicieux et plus pragmatique de demander les trois espèces pour éviter le principe de confusion.
– la seconde c’est que vous avez demandé une régionalisation des dates de chasse. Cette proposition ne peut, à notre avis, que diviser d’avantage le monde de la chasse et donc l’affaiblir. Monsieur Puyjalon, la défense d’une culture traditionnelle ne s’arrête pas aux frontières de la « Nouvelle-Aquitaine ». A moins que CPNT ne se soucie guère de la condition des chasseurs dans le reste de la France…

Vos attaques à notre égard, plusieurs fois répétées, et notamment lors de la manifestation des chasseurs à Rochefort le 3 février dernier, trahissent votre amertume de voir la perte de confiance des chasseurs vis-à-vis de CPNT.

Nous aurions pu, nous aussi, dénoncer votre groupe qui n’a pas voté notre motion qui s’opposait à l’installation d’éoliennes dans le Blayais.
Nous aurions pu aussi dénoncer le fait que vous avez épargné monsieur Sabarot dont le groupe PS au Conseil Régional a voté CONTRE votre motion. Et que dire de monsieur Rousset qui n’a pas pris part au vote? Là votre silence est assourdissant et suspect.
Nous aurions pu aussi dénoncer le groupe LR-MODEM-UDI au Conseil Départemental de Gironde, élu en 2015 avec le soutien officiel de CPNT, qui vote systématiquement les subventions en faveur de la LPO.
Seul notre élu Front National Grégoire de Fournas a voté contre.
Nous pourrions aussi dénoncer votre alliance avec Les Républicains, parti pro Union Européenne qui est une institution déconnectée, autoritaire et technocratique, qui systématiquement prend des décisions contraires aux intérêts de la chasse.

La défense du monde cynégétique n’est pas votre chasse gardée. Qui chasse deux lièvres, en perd un de vue et laisse échapper l’autre.
Concentrez plutôt vos attaques contre les écologistes, Macron et Hulot, pour qui votre parti appelé à voter dès 20h03 le 23 avril 2017 !

Nous vous invitons, dès aujourd’hui à changer votre fusil d’épaule et défendre, avec nous, la chasse et la ruralité parce que l’urgence est telle qu’elle n’admet plus les postures politiciennes et tendancieuses.

Je vous prie de croire, monsieur le Conseil Régional,en mes sentiments fidèles pour la chasse et la ruralité.

Jacques COLOMBIER
Député français au Parlement Européen
Président du groupe Front National au Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine

A propos Webmaster