Les 100 jours : L’oligarchie UMPS sonne le tocsin

 

Les 100 jours :  L’oligarchie UMPS sonne le tocsin.

Oui, il nous reste 100 jours avant l’élection présidentielle ! A la lecture des journaux qui en sont les relais, on sent poindre une évidente fébrilité parmi nos élites autoproclamées.

D’un côté nous avons un omni président qui, tel Napoléon en 1815, s’imaginerait bien durant ces 100 jours pouvoir  se préparer à prendre une resucée de pouvoir. De l’autre, notre prétendant socialiste qui après avoir raté le rôle de prince consort en 2007 après l’échec de sa compagne, s’est mué en une sorte d’ectoplasme, qui a pour définition d’être une substance de nature indéterminée, qui prend une forme plus ou moins précise, extériorisée par un médium en état de transe.

S’il est facile, après son récent pèlerinage à Jarnac d’imaginer la forme que Monsieur Hollande souhaiterait prendre… il semble par contre qu’il lui soit extrêmement difficile de trouver le médium idoine, autrement dit celui qui ait la capacité d’extérioriser cette énergie dont à l’évidence il ne dispose pas.

C’est pourquoi nous commençons à entendre tout doucement le son lugubre du tocsin, notamment et à deux jours d’intervalle, au travers de deux articles parus l’un dans Sud-Ouest du 08 janvier, sous le titre « Plus la crise s’aggravera, plus les choix risquent de changer » et pour l’autre dans Ouest France du 09 janvier, sous le titre « L’élection de tous les possibles ».

Dans Sud-Ouest l’universitaire Alain Mergier nous explique je cite, « que si la crise s’aggrave et les difficultés des français avec, elle (Marine Le Pen) saura exploiter et capter le désarroi de l’électorat populaire et des classes moyennes ».

Et dans Ouest France, on nous explique que «  l’actualité nourrit les thèmes extrémistes » et plus loin, on souligne la responsabilité de l’électeur en affirmant que toutes les hypothèses acquièrent de la vraisemblance, « à l’exception de Marine Le Pen qui se heurterait à un front républicain »…

L’auteur de l’article conclue en ces termes : « Retenons alors la très grande responsabilité de l’électeur à qui il reste cent jours pour réfléchir ».

Fermez le ban, la messe est dite ! Ceci relève tout simplement d’une nouvelle tentative de manipulation de l’opinion publique, en alimentant les esprits par une peur de la violence sociale que l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen pourrait engendrer.

En guise de tocsin, toute cette oligarchie qui monopolise le pouvoir sous toutes ses formes en France depuis plus de trente ans devrait réfléchir à cette question : pour qui sonne le glas ?

 

Jean-Claude Le Guern – Responsable Front National de la 5ème Circonscription de Gironde

A propos jc.leguern