Cofinoga : merci à l’UMPS

COFINOGA : LES SALARIES PEUVENT DIRE MERCI A L’UMPS.

 

La direction de Cofinancer  filiale de BNP PARIBAS  et des GALLERIES LAFAYETTE vient d’annoncer la disparition programmée de 377 emplois sur son site de Mérignac.

En cause la baisse de demandes de prêts à la consommation et l’augmentation importante de l’insolvabilité de ses clients.

L’effondrement du pouvoir d’achat des français, l’appauvrissement des classes populaires et moyennes ont amené les consommateurs à emprunter pour subvenir à leurs besoins souvent élémentaires.

La responsabilité des politiques UMPS menées depuis trente ans, adeptes du libre échange  est écrasante dans cette spirale infernale qui mène inexorablement au chômage et à la pauvreté.

Plans de rigueur, augmentations permanentes des tarifs des services publics, touchent de plein fouet les charges incompressibles des ménages, plus de 800 000 d’entre eux sont en procédure de surendettement en 2011.

Le redressement du pouvoir d’achat des français ne peut passer que par la croissance, en réarmant notre économie face à la mondialisation, en réindustrialisant notre pays et en le protégeant  par un retour de notre souveraineté monétaire et économique.

Continue-t-on dans ce système ? Ou est ce qu’on en change pour un protectionnisme intelligent, un patriotisme économique et sociale  de protection de nos entreprises, des français et leur pouvoir d’achat face à la crise  et à la concurrence déloyale du mondialisme et du libre échange sauvage.

Là encore le seul profit prime avant tout pour BNP recapitalisée par l’état, donc par l’argent des français et les Galeries Lafayette en très bonne santé financière.

La casse sociale de Cofinoga  révèle ce mal qui ronge notre société et le tout profit de groupes ou banques qui sacrifient sur l’autel de leurs dividendes des centaines de familles.

Les taux des crédits à la consommation et des crédits immobiliers contractés par des particuliers doivent faire l’objet d’un encadrement avec notamment la révision de la procédure de fixation du taux d’usure pour empêcher les organismes de crédits de prêter à des taux exorbitants.

Seul MARINE LE PEN face à ces catastrophes à répétition propose une autre alternative, celle d’un projet de mesures concrètes, chiffrées et d’une véritable politique de protection des français.

Jacques Colombier – Secrétaire Départemental du FN en Gironde

A propos J.Colombier